Immunothérapie pour le cancer de pancréas et côlon.

Les thérapies courantes ont une efficacité limitée et un haut niveau de toxicité. Basée sur une nouvelle théorie sur la croissance tumorale, on recherche un nouveau traitement basé sur la immunotherapie pour le cancer de pancréas et de côlon avec l´objectif d´obtenir une thérapie efficace et sûre pour le malade.

1

La grande totalité des thérapies courantes pour traiter le cancer sont basées sur la même idée: utiliser des médicaments qui génèrent toxicité sur les cellules tumorales. Cet approche a démontré une efficacité limitée dûe à la grande capacité d´adaption de la tumeur. Les cellules tumorales changent continuellement pour devenir résistantes aux traitements. La tumeur sur laquelle s´applique un cycle de chimiothérapie est totalement différent de comment elle était au cycle précédent. Au delà de tout celà l´utilisation de médicaments toxiques produit de graves effets secondaires.

2

La médicine courante considère que les cellules tumorales grandissent de façon désorganisée et indépendante comme si chaque cellule se repliquait continuellement sans se voir affectée par le reste des cellules qui forme la tumeur. De cette façon, le seul traitement possible est celui qui arrive à tuer, une à une, toutes les cellules de la tumeur ou les suffisantes pour faire possible l´extirpation chirurgicale de la tumeur restante. Celà a été démontré très compliqué à niveau thérapeutique dans la grande majorité des cas, spécialement là où il y a métastase.

3

De nouvelles observations sur l´evolution des tumeurs ont donné lieu à une nouvelle théorie sur la croissance tumorale : les cellules qui forment la tumeur ne se reproduisent pas d´une façon désorganisée ou indépendante mais en suivant un modèle. La tumeur croit en suivant une directive physico-mathématique spécifique. Celà fait possible qu´on puisse prévoir son évolution et donc faire le plan du traitement pour bloquer sa croissance. En interromprant le modèle de croissance de la tumeur, on prévoit pouvoir arrêter et inverser sa croissance sans générer toxicité.

Chez Endor on enquête sur cette nouvelle façon de traiter le cancer pour les cas spécifiques de cancer de pancréas et de côlon. On est prêt pour commencer les études cliniques en phase II/a.